Le non-anniversaire de
Madame La Loi de Vingt-et-Un

Nous avons l’immense tristesse de vous faire part du décès de Madame La Loi de Vingt-et-un survenu dans la quasi indifférence générale et privée de l’affection des siens.

L’enterrement a eu lieu sans fleurs ni couronnes à quelques mois de son centenaire. Madame La Loi de Vingt-et-Un a succombé dans la solitude à une crise de néolibéralite aigue dans un contexte de pandémie.

Et pourtant ce n’était pas n’importe qui Madame La Loi de Vingt-et-Un. Elle régissait la vie de dizaines de milliers d’associations sans but lucratif. Elle était la référence pour tout ce qui n’était pas prévu explicitement et, de semaines en semaines, c’était elle dont le nom revenait sans cesse dans les publications au Moniteur Belge. Elle consacrait les libertés publiques, élément moteur de toute citoyenneté critique et créative.

Désormais c’est un mec qui a pris sa place. Son petit nom c’est CSA. Il s’appelle en réalité Code des Sociétés et des Associations (rien à voir avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel …)

Avec la disparition de Madame La Loi de Vingt-et-Un, c’est d’abord et avant tout un élément déterminant qui passe à la trappe : le caractère non-lucratif des activités.

En savoir plus...